Le manuel pour pratiquer:

Réussir à jouer avec l'énergie ou pas...

En vacances familiale en montagne, dans un grand chalet isolé à environ 1400 m d'altitude sur le pic du midi de Bigorre, le logement d'apparence séduisante avait été grossièrement enrichie de quelques travaux qui laissaient entrevoir sa vétusté.
Les tarifs d'un séjour sont très intéressant sur cette période estivale bien moins fréquenté que lorsque le ski devient la principale attraction.
La première nuit a été un enfer!
Fermer l’œil était compliqué. Une sorte de peur te terrifie et t'empêche d'avoir la bonne réactivité, t'empêche d'être toi même.
Les meubles craquaient, ça tapait dans les murs. Je n'arrivais pas à faire la bascule vers le sommeil et tout effort à manipuler de l'énergie vitale n'était pas concret. Je ne pouvais que rentrer en relaxation profonde tout en ayant une vigilance accrue sur mon environnement.
Tout mon corps était en alerte à l'image du moment qui précède un grand combat!


Cette force qui correspond à ce qu'on appelle "peur" prend son appui sur la région du cœur, j'ai eu le temps et le loisir d'expérimenter, en jouant avec:
-mon mental,
-m'auto hypnotiser,
-les profondeurs de transe,
-les répétitions de phrases ou mots,
-l'extériorisation d'énergie,
-l'augmentation de la fréquence vibratoire
rien n'avait d'impact.
Il restait toujours un résidu de peur qui reprenait vie et augmentait progressivement.
Je n'ai pas appeler à l'aide vers des mondes plus subtils, ou encore prié, toutefois j'ai respiré longuement par le cœur en me connectant à ce qu'il y a de bon et meilleur en moi.
Dans un soupçon de transmutation de cette énergie de peur, j'entends alors marcher vers ma chambre, porte entre ouverte le plancher craque et une petite fille apparaît et reste au seuil. Elle tente de rentrer, puis recule et observe timidement la pièce. Je sais qu'elle veut simplement dormir dans mon lit pour être rassuré, c'est Ysaline qui s'est levée. Je lui dis de rentrer mais elle reste toujours sur le seuil. Je réveil ma compagne pour qu'elle l'aide. Allumant la lumière, nous découvrons que la porte était fermée et que personne n'était présent. Potentielles hallucinations visuelles et auditives, je n'interprète pas ce vécu et me sentant un peu plus libéré qu'auparavant grâce à la méthode de cohérence neuro cardio vasculaire, je m'appuie sur ce flux énergétique au niveau du cœur pour me laisser porter vers le sommeil. Je rêve entre autre que je suis dans une classe et grâce à la vigilance précédente à l'état de veille, je me rend automatiquement lucide. J'efface les éléments du rêve un par un mais éprouve la plus grande difficulté concernant un personnage. Ma seule réussite fut de l'avoir diminué en taille provoquant mon réveil dans le corps physique.
Le lendemain, j'étais bien décidé à rentrer un maximum dans de la pleine conscience: accueillir toutes les perceptions que m'apporte mon environnement direct. Arrivé au soir, les enfants sont couchés, lorsque Joachim hurle de panique. Je rentre le premier dans sa chambre et me raconte qu'Ysaline lui a serré le poignet. Je vérifie le lit d'Ysaline qui dormait paisiblement. Impossible que ça soit elle. Le petit Joachim finit par être rassuré et s'endormit à son tour. Inspiré et ayant été nourrit de "bienveillance" à l'aide de pleine conscience et respirations cardiaques, je laisse déborder toutes ses émotions (que je ne juge pas positives mais que je ressens agréable) comme un soleil irradie sa lumière.
Je pouvais cette fois ci aborder une nuit avec plus de sérénité. D'ailleurs durant cette nuit, dormant les volets ouverts pour apprécier les étoiles et voies lactées, ma compagne se réveilla et se leva pour s'approcher de la fenêtre, son regard attiré vers l'extérieur.
Elle observa posée sur l'herbe une boule de lumière dorée d'un diamètre d'une dizaine de centimètre. Pendant quelques secondes l'orbe resta fixe puis se déplaça rapidement au loin.
Cette nuit et les suivantes furent agréables, tous les bruits bizarres avaient disparus.
rêves lucides

Suite à cette expérience, je vais me permettre d’émettre une hypothèse qui rejoint quelques réflexions qui me traversaient l'esprit avant de partir. Je crois comprendre avec le temps que l'énergie vitale a un direct avec l’oxygène. Il y'a qu'à voir les praniques et respirianistes qui prennent soin d'inspirer l'air en conscience. De nombreuses pratiques liées au souffle permet de vivre instantanément des expériences dites mystiques, je pense au rebirth ou l'holotropisme(respiration holotropique). C'est comme l'eau dynamisée dans laquelle la mémoire est réveillée via une action de mouvement, et on sait qu'une eau qui stagne comporte moins d'oxygène et se détériore. Qui dit énergie vitale, dit alors bonne santé et augmentation de la fréquence vibratoire. C'est presque mécanique comme système où la spiritualité n'est pas une nécessité, accessible donc à tous. En montagne à haute altitude, on peut avoir le mal de l'air, avec par exemple la tête qui tourne et des envies de vomir. Vivant au bord de la mer à son niveau et me retrouvant aussi en dessous, la route pour me rendre au chalet n'était pas évidente. Essoufflé, je ressentais un poids sur la nuque et le front. Je manquais simplement d'oxygène ce qui a perduré durant cette première nuit. Peut être que mes défenses naturelles énergétiques ont eu quelques brèches et ont permit l'expression d'une ou des entités.
Lien du podcast à télécharger